Alexis Chartraire devant son tableau, « Tour de France ».

Pouligny-Saint-Pierre. Ce peintre, photographe et plasticien, s’est installé il y a un an dans le hameau de “ Pied-Marteau ”.

Un havre de paix dans un écrin de verdure, idéal selon l'artiste pour trouver l'inspiration : « Pied-Marteau ». Issu d'une famille d'artistes, Alexis Chartraire est naturellement devenu peintre, tout en exerçant sa profession d'informaticien. Ayant quitté la région parisienne, il s'est installé quelque temps dans la Creuse puis en Brenne, d'où est originaire sa compagne, Geneviève. L'artiste a commencé à peindre des paysages se reflétant dans l'eau de La Creuse.

" Les aspects positifs de la vie rurale "

Se tournant vers ses origines italiennes, Alexis Chartraire a également réalisé une série intitulée Reflets, un travail minutieux sur la lumière chaleureuse et l'image ondulante des palais vénitiens sur la surface des canaux de la Sérénissime, ayant fait l'objet d'une exposition à la Maison des arts de Cuzion. Il copie, en 2014, Le radeau de la Méduse, de Théodore Géricault, au format réduit (100 x 150). Ce long travail a débouché sur un récit biographique sur Géricault de 300 pages, non centrées sur la peinture, qui s'intitule Cavalcade. Alexis Chartraire aimerait publier son ouvrage et recherche un éditeur.

L'artiste vient de boucler une exposition vivante et itinérante, d'un ensemble homogène comprenant des tableaux figuratifs, des textes, des images ainsi qu'un documentaire accompagné d'un catalogue. « Douce France décrit les aspects positifs de la vie rurale, ce qui m'inspire le plus. J'ai collecté des photos, des vidéos et des sons, au fil de mes rencontres. Cette collecte a débouché sur la création de tableaux. Cette exposition favorise les échanges entre les personnes ; c'est pour moi, très plaisant et enrichissant », explique l'artiste. Alexis Chartraire va prochainement exposer ses œuvres à l'Ehpad Saint-Lazare et son souhait serait d'investir la galerie du moulin de la Filature.

Cor. NR, Brigitte Bisson

Nouvelle République Indre 27 Novembre 2016.

Lien vers l'article sur le site de la Nouvelle République